• Image associée

     

    Il y a quatre âges dans la vie de l'homme :

    - celui où il croit au père Noël ;

    - celui où il ne croit plus au père Noël ;

    - celui où il est le père Noël ;

    - celui où il ressemble au père Noël.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • "La tondue de Chartres" est une photo de Robert Capa. Il avait photographié Simone Touseau, une femme rasée lors de la libération de Chartres. Accusée de "collaboration horizontale" mais surtout d'avoir dénoncé des résistants, son histoire en cache une autre, celle de sa voisine Ella Amerzin Meyer. Une suissesse qui épousa la France pour mieux la trahir. Un journaliste généalogiste a enquêté sur les destins croisés de ces deux femmes.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Quand des riffs rageurs aident à changer le monde : Woody Guthrie, Chuck Berry, Bob Dylan, Jimi Hendrix... Du blues des origines au punk rock, l'histoire explosive de la guitare, vue comme un instrument de contestation. Avec les témoignages de Wayne Kramer (MC5), Keziah Jones, Lee Ranaldo (Sonic Youth), Judy Collins ou Clementine Creevy (Cherry Glazerr).

    Peu onéreuse, expressive, facile à transporter et à amplifier, la guitare, l'instrument le plus joué au monde, peut se muer en une redoutable arme de contestation. Brandie, balancée, voire brûlée, elle se prête volontiers aux postures guerrières. À travers elle, le documentaire passe en revue l'histoire de la rébellion musicale et de ses guérilleros (Woody Guthrie, Chuck Berry, Bob Dylan, Jimi Hendrix, etc.), du blues des origines à l'irruption du punk rock en passant par la révolution de l’amplification et l'avènement du rock'n'roll. Une épopée tumultueuse !

    Voir ICI

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

    Est-ce vrai, ce que l'on m'a dit?
    Il parait que les prix de Rome qui quittent la Villa Médicis, après un temps convenable de macération, repartent imbibés des canon de la beauté pour le restant de leurs jours.
    Puisque l'environnement possède un tel pouvoir, la découverte de l'harmonie n'est pas chose facile quand, dès la petite enfance, l'oeil s'ouvre sur un monde où règne le style chaos flamboyant, avec tout son bric-à-brac de guingois fait de décrochement, de rajouts, de toits d'usines en dents de scie et de clôtures en ressorts de sommier.
    Pour les leçons de belles manières, les petits camarades des terrains vagues ne m'étaient d'aucun secours.
    Un peu plus tard à l'école, on m'a parlé d'urbanisme et de fonctionnel. Alors la machine à habiter dans laquelle j'étais coincé m'a paru tout juste bonne pour la casse.
    Vraiment, mes copains et moi-même nous méritions mieux que ces décors repoussoirs, avec leurs assemblages extravagants. Ils pouvaient cependant paraître cocasses à quiconque possédait cette vitalité de chiendent qui me commandait de les engranger dans le Rolleiflex récemment adopté.
    Fini le temps de la chambre en bois. Le voile noir était jeté aux orties. C'est le coeur battant que j'ai osé sortir d son sac cet appareil au gainage brillant. Tous deux nous étions neufs dans les vieilles rues.
    Voir dans le dépoli passer les silhouettes me donnait de l'audace. Oh! toute relative, car le nez dans le capuchon du viseur permettait une attitude respectueuse, presque une génuflexion, qui convenait à ma timidité et protégeait la fragilité de l'instrument.L'un et l'autre perdant petit à petit notre vernis, nous allions faire ensemble un bout de chemin.
    Bien sûr, il faut être soi-même un pur produit de la banlieue, comme elle un agglomérat de scories, pour être gagné... par l'exaltation, en marchant, en marchant dans les rues Jean-Jaurès ou Benoît-Malon, toutes pareillement bordées de pavillons en mâchefer, avec leurs grilles derrière lesquelles gueule le berger allemand.
    Faire de l'ironie sur le pavillon Mimile, c'est céder à l'esprit chansonnier. Si l'on refuse cette médiocrité, il faut se planter devant ces décors provisoires, en attente de métamorphose, et regarder, regarder jusqu'au tournis. Alors on décèle la force de ces terrains mouvants, une force semblable à celle de l'océan, capable d'absorber la pire marée noire.
    L'acidité de la banlieue peut digérer aussi bien un champ d'épandage qu'un chantier de casseur de voitures.
    La première chose que font les voyageurs débarquant dans les paradis touristiques, exotiques - je ne les connais que par les magazines - est d'envoyer une carte postale à leurs amis. En avant le carnaval de Rio, le moine du Mont Athos, le safari au Kenya et le Jivaro miniaturiste, que sais-je encore.
    Pour montrer l'exotisme de la périphérie et les costumes des indigènes, il n'y avait que très peu de cartes postales. J'ai donc été obligé de m'y employer.
    J'ai eu la maladresse de les montrer à des banlieusards, et, là, je n'ai rencontré qu'un manque total d'intérêt. Ma jubilation de découvreur de trésor n'était pas communicative.

    "A l'imparfait de l'objectif"  Robert Doisneau

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique