•  

    Quand nous lisons ces pages, nous apprenons ce que nous ne parvenons pas à savoir : que le fait de penser ne peut être que bouleversant : que ce qui est à penser est dans la pensée ce qui se détourne d'elle et s'épuise inépuisablement en elle ; que souffrir et penser sont liés d'une manière secrète, car si la souffrance, quand elle devient extrême, est telle qu'elle détruit le pouvoir de souffrir, détruisant toujours en avant d'elle-même, dans le temps, le temps où elle pourrait être ressaisie et achevée comme souffrance, il en est peut-être de même de la pensée. Étranges rapports. Est-ce que l'extrême pensée et l'extrême souffrance ouvriraient le même horizon ? Est-ce que souffrir serait, finalement, penser ?

    "Le Livre à venir"  Maurice Blanchot

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Au-dessus de Paris, le ciel demeurait noir, alourdi de nuages de plomb, mais, vers l'ouest, une éclaircie limpide, ni bleue ni verte, couleur de certains fonds sous-marins, trouait les nuées. Soulignée par un bourrelet de vapeurs grises, elles-mêmes bordées d'argent, fardées de rose, nuancées d'orangé, la coulée lumineuse éclairait tendrement les toits luisants de la capitale

    Jeanne Bourin

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Ce n’était pas un amour comme les autres : il ne faisait appel à presque rien de ce qui lie d’ordinaire un homme et une femme, sentimentalité, jalousie, méfiance, lutte pour la dévoration de l’autre, mutité traversé d’éclairs bavards. Cet amour ne se pliait pas non plus au temps commun qu’à l’ordinaire de la passion, un amour non vulgaire, obéissant aux conditions climatiques autant qu’aux variations de l’humeur et du désir, au goût que nous avions des arrière-saisons, des crépuscules, d’un langage élégant auquel elle me contraignait avec douceur (moi qui, comme tant de musiciens, parle un français familier, voire grossier, puisque mon vrai langage est la musique, c’est-à-dire la possibilité, le luxe de se passer des mots). Goût de l’écart, aussi, du rare, de l’intempestif, de la solitude.

    "La Voix d'alto"  Richard Millet

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Après quoi on ne lui demandera que d’entretenir, au cœur de la Cité moderne et à un point convenable de tension, cette vertu de l’Envie, indispensable au Progrès, et qui semble tenir dans notre civilisation la place réservée jadis à la vertu de Charité. Sous cette nouvelle forme, j’avoue que le Pauvre sera devenu tout à fait méconnaissable : il s’appellera le chômeur, viendra manger deux fois par jour dans la main de l’État, son maître, recevra de lui chaque semaine son bon de cinéma et d’amour, mi-réfractaire et mi-policier, entrepreneur de grèves ou d’émeutes, mercenaire au service des puissances rivales de l’Industrie ou de la Banque. Lorsque l’animal, en dépit d’une hygiène sévère, se sera dangereusement multiplié, les nobles démocraties se hâteront de lui reprendre son complet de toile, retireront de l’étuve un uniforme, et habilleront le chômeur en militaire, pour une nouvelle guerre de la Justice et du Droit.

     

    "La grande peur des bien-pensants" Georges Bernanos

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Une femme, ce n’est pas du bétail que les hommes peuvent vendre et acheter, surtout pas une de ces femmes modernes comme la dame du maître. Ils s'aiment et ils se haïssent, ils s'empoignent et ils se soupirent après, ils veulent et ne veulent plus, et avec le temps chacun a l'autre un peu plus profond dans la peau.

    Paul Auster *

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique