•  

    Il fallait écrire sans pourquoi, sans pour qui.
    Le corps se souvient d'un amour comme allumer la lampe.
    Puisque le silence est tentation et promesse.

    "L'enfer musical" Alejandra Pizarnik

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Pour que les mots ne suffisent pas, une mort dans le coeur est nécessaire.
    La lumière du langage me couvre comme une musique, Image mordue par les chiens de la peine, et l'hiver grimpe sur moi l'amoureuse plante du mur.
    Quand j'espère cesser d'espérer, survient ta chute au-dedans de moi. Je ne suis rien qu'un dedans.

    "L'enfer musical" Alejandra Pizarnik

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Il fallait écrire sans pourquoi, sans pour qui.
    Le corps se souvient d'un amour comme allumer la lampe.
    Puisque le silence est tentation et promesse.

    "L'enfer musical" Alejandra Pizarnik

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Tout fait l'amour avec le silence.
    On m'avait promis un silence comme un feu, une maison de silence.
    Soudain le temple est un cirque et la lumière  un tambour.

    "L'enfer musical" Alejandra Pizarnik

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  


    Sous ma robe brûlait un champ aux fleurs joyeuses comme les enfants de minuit.
    Le souffle de la lumière dans mes os quand j'écris le mot terre.
    Mot ou présence escorté d'animaux parfumés; triste comme lui-même, beau comme le
    suicide; et qui me survole comme une dynastie de soleils.

    "L'enfer musical" Alejandra Pizarnik

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique