• Tag —

    Résultats pour la recherche du tag :
  • Il était une fois, il y a si longtemps que tout le monde a oublié la date, dans une ville du nord de l’Europe, dont le nom est si difficile à prononcer que personne ne s’en souvient, il était une fois un petit garçon de sept ans, nommé Wolff, orphelin de père et de mère,...

    Lire la suite...

  • ...ainsi sali et morfondu, le pauvre sabot ! Mais, que venait-il faire ici ? Et pour qui réclamait-il les faveurs du petit Noël ? Celui-ci voyait bien devant lui sommeillant dans leurs lits respectifs deux enfants, aussi dissemblables d’attitude et de nature que l’étaient le soulier...

    Lire la suite...

  • J’ai vu sous de sombres voiles Onze étoiles, La lune, aussi le soleil, Me faisant la révérence, En silence, Tout le long de mon sommeil. La vision de Jacob.     L’année dernière, je fus invité, ainsi que deux de mes camarades d’atelier, Arrigo Cohic et Pedrino Borgnioli, à...

    Lire la suite...

  • Lire la suite...

  •   "Et le Corbeau, sans voleter, siège encore siège encore sur le buste pallide de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre, et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve, et la lumière de la lampe, ruisselant sur lui, projette son ombre à terre : et mon âme,...

    Lire la suite...

  • Deux lueurs rouges non, des miroirs ! Non, deux ennemis ! Deux cratères séraphins. Deux cercles noirs Carbonisés fumant dans les miroirs Glacés, sur les trottoirs, Dans les salles infinies                                      ...

    Lire la suite...

  • ...la porte. Je m’arrête malgré moi devant elle, songeant : Pourquoi s’assied-elle ainsi devant toutes les maisons ? Tu es fatiguée, lui demandai-je, ma vieille ? Oui, fatiguée, ma fille, toujours fatiguée, et je me suis dit : Il fait chaud, le soleil brille, je vais aller...

    Lire la suite...

  • Lèvre rouge: Et pour finir, je dirai le baiser De ta lèvre rouge, Et ta douceur à me martyriser, Mon Ange ! ma Gouge ! Ouvre ton âme et ton oreille au son De ma mandoline : Pour toi j’ai fait, pour toi, cette chanson Cruelle et câline.

    Lire la suite...

  • « Je savais des yeux... oh ! ces yeux ! Combien je les ai aimés, Dieu seul l’a vu ! De leurs ténèbres enchantées je ne pouvais retirer mon âme. « Dans ce regard insaisissable qui dévoilait la vie jusqu’au fond, on sentait une telle détresse, un tel abîme de...

    Lire la suite...