• Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Un poème est une ville remplie de rues et d'égouts
    remplie de saints, de héros, de mendiants, de fous,
    remplie de banalité et de bibine,
    remplie de pluie et de tonnerre
    et de périodes de sécheresse, un poème est une ville en guerre,
    un poème est une ville demandant à une horloge pourquoi,
    un poème est une ville en feu,
    un poème est une ville dans de sales draps
    ses boutiques de barbier remplies d'ivrognes cyniques,
    un poème est une ville où Dieu chevauche nu
    à travers les rues comme Lady Godiva,
    où les chiens aboient la nuit et chassent le drapeau ;
    un poème est une ville de poètes,
    la plupart d'entre eux interchangeables,
    envieux et amers...
    un poème est cette ville maintenant
    à 80 kilomètres de nulle part,
    à 9h09 du matin,
    le goût de l'alcool et des cigarettes,
    pas de police, pas de maîtresses, marchant dans les rues,
    ce poème, cette ville, fermant ses portes,
    barricadée, presque vide,
    mélancolique sans larmes, vieillissante sans pitié,
    les montagnes rocheuses,
    l'océan comme une flamme lavande,
    un lune dénuée de grandeur,
    une petite musique venue de fenêtres brisée...

    un poème est une ville, un poème est une nation,
    un poème est le monde...

    et maintenant je colle ça sous verre
    pour que l'éditeur fou l'examine de près,
    et la nuit est ailleurs
    et les dames grises indistinctes font la queue,
    les chiens suivent les chiens vers l'estuaire,
    les trompettes font pousser les gibets
    tandis que de petits hommes enragent contre des choses
    qu'ils n'arrivent pas à faire

    Les jours s'en vont comme des chevaux sauvages dans les collines

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  


    une des plus belles blondes du grand écran
    des seins incroyables des hanches des jambes une taille
    la totale,
    dans cet accident de voiture
    sa tête s’est détachée de son
    corps -
    comme ça -
    il y avait sa tête qui roulait sur le côté de
    la route,
    avec du rouge à lèvres, les sourcils épilés, la
    poudre à bronzer,
    un bandana dans les cheveux, elle a roulé sur le
    côté
    comme un ballon de plage
    et le corps resté assis dans la voiture
    avec ces seins ces hanches ces jambes cette taille,
    la totale,
    et puis à la chambre mortuaire ils ont rassemblé les morceaux,
    recousu la tête
    sur le corps,
    seigneur, a dit le type avec le fil,
    quel gâchis.
    puis il est sorti, s’est payé un hamburger, des frites et deux tasses de café,
    noir.

    "Tempête sur les morts et les vivants" Charles Bukowski

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  


    Environ 2 poèmes immortels par nuit
    c'est à peu près tout ce que je m'autoriserai
    à écrire.
    c'est juste - il n'y a pas des masses
    de compétition.
    du reste, c'est plus appréciable de
    se bourrer la gueule
    que de tutoyer
    l'éternité.

    c'est pour ça que davantage de gens
    achètent de l'alcool que
    du Shakespeare...

    qui ne préférerait pas apprendre à
    s'évader par le col d'une
    bouteille
    ou le cône
    d'une cigarette savamment roulée
    plutôt qu'un bouquin?

    "Tempête sur les morts et les vivants" Charles Bukowski

    Partager via Gmail

    votre commentaire


  • j'ai mangé ta chatte comme une pêche,
    j'ai avalé le noyau
    le duvet,
    calé entre tes jambes
    j'ai sucé mâchouillé léché
    avalé tout ton être,
    ai senti tout ton corps se tendre et tressaillir
    comme
    un
    fusil-mitrailleur
    j'ai fait de ma langue une flèche
    et le jus a coulé
    et j'ai avalé
    pris de folie
    suçant l'intégralité de tes entrailles -
    ton con tout entier dans ma bouche aspiré
    j'ai mordu
    j'ai mordu
    et avalé
    et toi aussi
    tu as cédé à la folie
    alors je me suis retiré pour recouvrir
    de baisers ton nombril
    avant de glisser entre les fleurs blanches de tes
    jambes

    "Tempête pour les morts et les vivants"   Charles Bukowski

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique